Conseil

Conseiller un agriculteur, comprendre ses besoins, amener une expertise et le bon produit au bon moment, c’est notre quotidien. Et le diagnostic pédologique est certainement la meilleure illustration de cette connivence que nous avons avec ceux qui utilisent nos fertilisants, toujours désireux d’apprendre et de comprendre.

Dans toutes les régions de France, dans des vignes, les vergers ou les terres maraîchères, le rituel est toujours le même. Des Producteurs arrivent pour rencontrer le fabricant d’engrais des Alpes. Et il fait un trou à un endroit convenu. Ils sont tous à observer ce qui apparaît. Ces strates qui en disent long sur la fertilité d’un sol. On compte les vers de terre, on sent la terre, on observe les couleurs, les matières. On raconte ensuite l’histoire de ce sol. On parle des cultures adaptées. On construit des solutions agronomiques pour nourrir sa vie. La vie du sol. Et les langues se délient. Chacun comprend vite que c’est comme un jeu subtil : il faut trouver ce qui va stimuler efficacement ce sol !

En complément d’une analyse de sol, le diagnostic pédologique va permettre de comprendre la réalité terrain d’une parcelle :
• structure du sol par l’observation des horizons successifs et de l’aération du sol,
• potentiel de rétention hydrique de la parcelle,
• activité macroscopique (galeries de vers de terre et lombrics, présence d’insectes…),
• impact des techniques culturales (tassements, résidus organiques…),
• implantation du système racinaire.

Le profil de sol est une donnée essentielle à la bonne compréhension du fonctionnement d’une parcelle, elle peut être complétée par la mesure de l’IRB (Indice de Respiration Biologique) qui précisera davantage l’activité biologique du sol.

Un diagnostic pédologique, c’est également l’occasion de se remémorer de façon plus concrète quelques notions de base sur le fonctionnement d’un sol : matière organique, calcaire, macro et microfaune, activité microbienne du sol…