Ne pas nourrir le sol avant plantation, c’est se tirer une balle dans le pied !

09.05.2018

Explication

Le végétal a besoin d’un sol équilibré en minéraux, en pH, en matière organique et en eau. Cet équilibre dépend d’une vie microbienne dynamique. Elle va participer à dégrader les micro-éléments et les rendre disponibles pour la plante. La transformation par les micro-organismes des minéraux en fraction assimilable conditionne fortement la réussite d’une plantation.

 

 

Les solutions OvinAlp

Depuis 30 ans, OvinAlp s’est saisi de l’enjeu de la minéralisation du carbone et des nutriments du végétal. Les produits phares que sont Dopactif et MV100, tous deux issus du process de biofermentation de fumier de mouton et contenant le principe actif “Ov”, répondent entièrement à ces attentes. Ils réunissent la biodiversité de plus de 600 espèces de bactéries et champignons (étude menée par le Muséum National d’Histoire Naturelle dès 2016) et des fractions d’acides fulviques, humiques et substances non-humiques. Une composition particulièrement adaptée pour améliorer l’implantation et le développement du chevelu racinaire.

 

 

 

Pour aller plus loin

La minéralisation lente du carbone est nécessaire pour assurer un soutien au végétal tout au long de sa croissance. La visualisation de ce phénomène est liée à l’augmentation du système racinaire du végétal, mais aussi à la présence de substances humiques et fulviques dans le sol, permettant le stockage et le transfert des oligo-éléments.

On retrouve ces substances dans la matière organique. Pour comprendre ces différentes fractions, les chercheurs d’OvinAlp ont mis au point la “FMO”, pour Fragmentation de la Matière Organique. Ils ont découvert que lorsque la teneur en substances non-humiques (SNH, un substrat composé d’acides aminés, de protéines, de sucres et de lipides) est élevée, la biodiversité se voit renforcée. Leur étude, “VISA pour une fertilisation durable”, démontre qu’une augmentation de 2,6 points de SNH dynamise fortement l’activité des micro-organismes du sol à hauteur de 19 %.

Les acides fulviques, plus légers sur le plan moléculaire, contiennent moins de carbone, mais plus d’oxygène et peuvent pénétrer plus facilement dans les cellules racinaires de la plante. Cela en fait l’un des véhicules les plus efficaces, au côté des acides aminés, pour transporter les éléments nutritifs.

En l’occurrence, leur présence est fortement liée à la biodiversité. Une augmentation de 15 points de l’activité des micro-organismes provoque une hausse de 3 % des acides fulviques. Il apparaît que la vie microbienne souterraine est en partie à l’origine de cette partie la plus réactive de la matière organique.

 


Lexique

FMO : La Fragmentation de la Matière Organique est une méthode d’analyse de la composition d’un sol. Elle détermine la proportion des différentes fractions qui le composent (acides fulviques, substances non-humiques, acides humiques).

Activité microbienne : Elle peut être mesurée par une méthodologie analytique unique mise en place par la société OvinAlp, l’Indice de Respiration Biologique. Il mesure le volume de CO2 dégagé par les micro-organismes du sol.

 

 

Télécharger la fiche "Maxime n°2" au format pdf