Des solutions pour limiter les dégâts du gel et de la sécheresse

16.04.2018

Orstim 48, au sol, et Kori Zen, sur la feuille, sont des solutions de nutriments organiques liquides (utilisables en agriculture biologique) bâties sur une base de complexes aminés et glucidiques d’origine végétale. Leurs formulations favorisent l’augmentation de la pression osmotique, autrement dit la concentration des minéraux, à l’intérieur du végétal. Cela abaisse le point de congélation des tissus et limite l’évaporation passive de l’eau. On peut ainsi diminuer les stress dus au gel et améliorer la résistance à la sécheresse.

 

Le printemps 2017 a été catastrophique pour de nombreuses cultures, en particulier chez les arboriculteurs et viticulteurs. L’été sec qui a suivi n’a pas amélioré la situation. Il existe peu de solutions viables face à ces aléas climatiques.

La plupart sont très coûteuses, beaucoup sont faites de bricolage, certaines font le pari de s’appuyer sur le savoir-faire de la nature. C’est le credo d’OvinAlp depuis de nombreuses années. Ainsi, les plantes ont les capacités de développer des réflexes d’autodéfense face aux variations climatiques. Une fertilisation précise peut les y aider. On sait ainsi que plus on concentre les minéraux dans le végétal, plus on diminue son point de congélation. Cependant pour pouvoir concentrer les minéraux dans le végétal, il faut les faire pénétrer régulièrement.

En déstressant la plante par un apport régulier en protéines et potasse d’origine organique dans les tissus du végétal, ce dernier assimile et met en réserve plus facilement les oligoéléments. L’étude “VISA pour une fertilisation durable” menée par les chercheurs d’OvinAlp a démontré l’importance de l’équilibre azote/potasse pour atteindre cet objectif.

On a notamment observé les facteurs qui influencent la présence de potasse dans les pétioles. On note ainsi que sa concentration dans le sol joue fortement sur l’assimilation par le végétal, tout comme le phosphore (dans une moindre mesure). En revanche, on note que le pH et le calcium peuvent avoir un impact négatif.

Au sol, le potassium pénètre passivement dans le végétal et permet de concentrer progressivement les minéraux dans la cellule. Cela engendre le phénomène de diminution des points de congélation et d’évaporation. Sur la feuille, accompagnée d’une chélation à base d’acides aminés, la potasse pénètre de façon plus rapide, mais aussi plus durable, indépendamment de l’hygrométrie.

Pour répondre à ces problématiques, OvinAlp a développé deux produits complémentaires, sous la forme d’un kit antigel & sécheresse : Orstim 48 et Kori Zen. Le premier, comme solution liquide racinaire, permet une application précoce à la sortie de l’hiver au pied du végétal nu. Le second, solution foliaire, appliqué entre le milieu et la fin du printemps, permet de limiter l’impact des gels tardifs.

Positionné avant l’annonce de ces gels, les dégâts sont limités. En poursuivant les applications sur la fin de printemps et le début de l’été, on limite également les carences en eau et les stress hydriques dus à la sécheresse.

 

Les conseils du technicien OvinAlp

Tous les dégâts du gel ne peuvent être évités. En revanche, la gestion de l’après gel est souvent sous-estimée. Lorsque toutes les petites branches ont été endommagées, une repousse anarchique rendra la taille de l’automne-hiver difficile. L’équilibre azote-potasse de Kori Zen est alors une bonne solution pour permettre à la vigne de “refaire du bois”.

 

Comment ça marche ?

Le traitement combiné de Kori Zen et de Orstim 48 est la première réponse efficace pour limiter les dégâts du gel, bien sûr en complément des chaufferettes ou autres systèmes… car en concentrant la potasse et les acides aminés dans les cellules du végétal, il va lui permettre d’éviter une chute brutale en température mais ne pourra pallier une baisse à - 10 °C.