Avec des minéraux concentrés, face à gel et sécheresse, l’addition sera moins salée !

23.05.2018

Explication

L’augmentation de la pression osmotique, autrement dit la concentration des minéraux, à l’intérieur du végétal, abaisse le point de congélation des tissus et limite l’évaporation passive de l’eau. Cela permet ainsi de diminuer les stress dus au gel et d’améliorer la résistance à la sécheresse.

 

 

Les solutions OvinAlp

Pour répondre à ces problématiques, OvinAlp a développé deux produits complémentaires, sous la forme d’un kit antigel & sécheresse : Orstim 48 et Kori Zen. Le premier, comme solution liquide racinaire, est appliqué de façon précoce, à la sortie de l’hiver, au pied du végétal nu. Le second, solution foliaire, appliquée entre le milieu et la fin du printemps, permet de limiter l’impact des gels tardifs. Positionné après le premier gel, les dégâts sont limités. En poursuivant les applications sur la fin de printemps et le début de l’été, on limite également les carences en eau et les stress hydriques dus à la sécheresse.

 

 

 

 

Pour aller plus loin

Les plantes ont la capacité de développer des réflexes d’autodéfense face aux variations climatiques. Une fertilisation précise peut les y aider. On sait ainsi que plus on concentre les minéraux dans le végétal, plus on diminue son point de congélation. Cependant, pour pouvoir concentrer les minéraux dans le végétal, il faut les faire pénétrer régulièrement.

En déstressant la plante par un apport régulier en protéines et potasse d’origine organique dans les tissus du végétal, celle-ci assimile et met en réserve plus facilement les oligoéléments. L’étude “VISA pour une fertilisation durable” menée par les chercheurs d’OvinAlp a démontré l’importance de l’équilibre azote/potasse pour atteindre cet objectif.

On a notamment observé les facteurs qui influencent la présence de potasse dans les pétioles. On note ainsi que sa concentration dans le sol joue fortement sur l’assimilation par le végétal, tout comme le phosphore, mais dans une moindre mesure. En revanche, on note que le pH et le calcium peuvent avoir un impact négatif.

Au sol, le potassium pénètre passivement dans le végétal et permet de concentrer progressivement les minéraux dans la cellule. Cela engendre le phénomène de diminution des points de congélation et d’évaporation. Sur la feuille, accompagnée de la chélation organique et naturelle d’imis®, la potasse pénètre de façon plus rapide, mais aussi plus durable, indépendamment de l’hygrométrie.

 


Lexique

Absorption passive : Les plantes tirent du sol l’eau et les sels minéraux qui leur sont nécessaires grâce à leurs racines et poils absorbants, qui jouent un rôle essentiel. L’absorption des ions est un phénomène complexe, qui dépend de l’état physiologique de la plante ainsi que des paramètres environnementaux (température, hygrométrie, stress salin, oxygénation…).

Point de congélation : Il s’agit du degré de température à partir duquel l’eau est sensible au gel ou à l’évaporation.

Absorption foliaire : La fertilisation foliaire est une méthode efficace pour accompagner la nutrition des plantes. Le processus permettant la pénétration des fertilisants dépend de plusieurs facteurs : la température, l’humidité mais surtout la forme chimique des nutriments qui influe sur l’efficacité des produits utilisés.

 

 

Télécharger la fiche "Maxime n°4" au format pdf